Published On: 27.06.2022|Categories: Nouvelles générales|Tags: |

En avril dernier, un projet pionnier dans le domaine de la conception et de la construction a été présenté au siège de l’ONU à New York. Il s’agit d’une initiative de la société OCEANIX, fondée en 2018 dans la même ville américaine, conçue pour être implantée dans la ville portuaire de Busan, deuxième ville la plus peuplée de Corée du Sud après Séoul. OCEANIX Busan, comme il a été nommé, représente « le premier prototype au monde d’une communauté flottante, résiliente et durable« .

La nouvelle ville, conçue sous forme modulaire, sera constituée de trois types de plateformes flottantes, en fonction de leur utilisation : une résidentielle de 1 à 5 étages, avec des restaurants, des boutiques, des serres et des terrasses communes à l’étage inférieur, et des logements avec vue sur le port aux étages supérieurs ; une autre pour les bureaux, le co-working et/ou la recherche marine ; et une autre pour les lieux publics, les réunions et l’interaction entre les résidents, ainsi que les « espaces de soutien à la vie durable et circulaire », ou l’approvisionnement en nourriture, eau et énergie. Ces trois premières plates-formes flottantes, reliées entre elles et à la terre par des ponts, seront ancrées au fond de la mer de manière à rester statiques dans leur emplacement et, en même temps, à avoir suffisamment de flexibilité pour monter et descendre avec le niveau de la mer.

En ce qui concerne les matériaux, OCEANIX s’appuie sur le Biorock pour la construction des structures de flottaison des plateformes. Biorock est le nom commercial d’un matériau obtenu par un processus d’accumulation de minéraux dans l’eau de mer. En faisant passer un courant électrique continu à basse tension à travers un squelette d’acier ou de fer immergé dans l’eau de mer, on déclenche une réaction par laquelle des minéraux tels que le calcium ou le magnésium adhèrent au squelette. Le matériau accumulé dans le squelette est environ trois fois plus résistant que le béton, croît à un rythme d’environ 20 mm par an, empêche la corrosion et est autoréparateur tant que le courant électrique est présent. Les bâtiments des structures flottantes, quant à eux, seront fabriqués à partir de matériaux légers tels que le bois.

OCEANIX travaille avec UN-Habitat, Bjarke Ingels Group, SAMOO Architects and Engineers, Arup, MIT Center for Ocean Engineering, Korea Maritime and Ocean University, Studio Other Spaces, Center for Zero Waste Design et Global Coral Reef Alliance pour développer le projet de prototype de ville flottante.

Nous vous invitons à rêver de ce que peut être OCEANIX Busan à travers cette vidéo:

Sources: OCEANIX, Newsweek, Archdaily, Wikipedia. Images: OCEANIX/BIG-Bjarke Ingels Group.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR