Published On: 23.06.2021|Categories: Nouvelles générales|

À environ 2 km du site des pyramides de Gizeh, en Égypte, la construction d’un bâtiment dont l’inauguration constituera sans aucun doute un événement mondial, tant sur le plan architectural que sur le plan culturel et social, est sur le point de s’achever. Il s’agit du Grand Egyptian Museum (GEM), qui est déjà considéré comme « le plus grand musée du monde consacré à une civilisation », en l’occurrence celle de l’Égypte ancienne, avec plus de trois millénaires d’histoire. Le projet a débuté par un décret présidentiel en 1992, mais c’est en 2003 que le cabinet d’architecture Heneghan Peng, basé à New York et à Dublin, a remporté le concours organisé par le gouvernement égyptien pour sa conception. Heneghan Peng a ensuite bénéficié de la collaboration d’une équipe de plus de 300 professionnels issus de 13 cabinets dans 6 pays. Parmi ces entreprises, le studio a travaillé avec Buro Happold Engineering et Arup pour l’ingénierie, avec West 8 pour l’aménagement paysager et le plan directeur de l’ensemble du site, tandis que le studio allemand Atelier Brueckner était chargé des conceptions partielles des galeries dédiées aux trésors de Toutankhamon, du Grand Escalier, de l’Atrium de la place et du Musée des enfants.

Mais voyons ce qu’est le projet architectural du GEM : conçu comme un hommage aux pyramides, dont il reproduit les formes de base, des petits détails à la forme générale, le bâtiment dans son ensemble ressemble à une pyramide couchée. Et son orientation n’est pas laissée au hasard, ses lignes de fuite s’étendant de manière imaginative pour désigner chacune des pyramides de Gizeh.  De plus, le grand musée se trouve sur un site de 500 000 m2, soit près de 10 fois la superficie de la base de la pyramide de Khéops, avec un dénivelé de 50 mètres entre le premier plateau désertique qui sépare les pyramides du Caire en haut et la vallée du Nil en bas. Eh bien, la conception du musée tire parti de cette topographie pour que les visiteurs s’élèvent au fur et à mesure de leur visite, jusqu’à la partie la plus haute, où ils aboutissent à des vues uniques sur les pyramides. En ce qui concerne ses paramètres, le GEM abritera 24 000 m² de galeries d’exposition permanente, en plus du musée des enfants précité, ainsi que des installations de conférence, des espaces éducatifs, un centre de conservation et de vastes jardins dans et autour du musée.

En ce qui concerne son financement, les 550 millions de dollars initialement prévus pour sa construction auraient été doublés au cours de son développement. Si le ministère égyptien des Antiquités a contribué à hauteur d’un cinquième, le reste du capital a été fourni par le gouvernement japonais, avec un prêt de son Agence de coopération internationale, ainsi que d’autres contributions privées locales et internationales. Toutefois, le Japon a également soutenu la création du centre de préservation et de conservation du musée en fournissant du personnel et une assistance technique.

Il ne reste plus qu’à attendre le jour de son inauguration, après presque 30 ans depuis l’annonce du projet pharaonique en 1992. Parmi les obstacles qui ont provoqué le retard de sa construction, il y a le printemps arabe de 2011 et plus récemment la pandémie du COVID-19. Enfin, le 7 avril, Osama Bishai, PDG d’Orascom, le principal constructeur du projet, a déclaré à Construction Week que « la construction est actuellement achevée à 98 %« , ajoutant : « Je pense que nous aurons terminé dans le courant de l’été, mais pour l’inauguration d’un musée comme celui-ci, [les autorités] doivent inviter les gens bien à l’avance. Ainsi, bien qu’il n’y ait aucune annonce officielle à ce sujet, on s’attend à ce que le GEM, le grand temple moderne de l’égyptologie, ouvre ses portes au second semestre de cette année ou au début de 2022.

Nous laissons ici, pour une meilleure compréhension du projet, cette intéressante  vidéo:

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR