Published On: 29.09.2021|Categories: Nouvelles générales|Tags: , |

La professionnelle que nous avons interrogée à cette occasion, gestionnaire de deux parcs à Mar del Plata, en Argentine, a une tradition familiale dans la profession. Elle est également membre du sous-comité de l’éducation de l’International Association of Amusement Parks and Attractions (IAAPA), et est experte en coaching ontologique et en application des neurosciences au leadership.

Amusement Logic : Vous devez votre formation professionnelle à l’IAAPA et à l’IAE Business School : que vous ont apporté ces deux organisations ?

Valeria Canon : Commençons par la certification IAAPA : je pense qu’elle est fondamentale et qu’elle constitue un excellent outil de formation complémentaire. En Argentine – et je sais que c’est également le cas dans d’autres pays d’Amérique latine – il n’existe pas de diplôme universitaire dédié et orienté vers le divertissement, cette association remplit donc partiellement ce rôle. C’est une formation idéale, car vous écoutez et apprenez avec les meilleurs du secteur. Cela prend du temps, comme tout le reste, mais les programmes proposés vous en donnent une excellente vue d’ensemble, avec tous les détails et dans tous les domaines : sécurité, marketing, ventes, RH, opérations, maintenance, hospitalité, et pas seulement de manière théorique, mais – et c’est le plus important – également de manière pratique, avec des exemples appliqués dans chaque parc. En plus de la grande valeur immatérielle de la mise en réseau avec tous les collègues, au niveau régional et mondial. En fait, avec la crise du covid, cela a été une grande valeur de l’association : des groupes de travail ont été formés par type de parc pour définir des protocoles qui ont ensuite servi de lignes directrices pour chaque parc dans leur pays.

L’IAE Business School est une école de commerce en Argentine, où ils ont développé des programmes qui font partie de l’IAAPA, complémentaires à leurs autres programmes de certification, principalement orientés vers la sécurité.

A.L. : Vous êtes actuellement membre du sous-comité d’éducation de l’IAAPA Amérique latine. Quel est le travail de ce sous-comité et comment en êtes-vous arrivé à en faire partie ?

V.C. : Oui, je suis membre de la sous-commission de l’éducation depuis presque 4 ans. On m’a proposé d’en faire partie et j’ai accepté. Il s’agit d’un service volontaire auquel on peut postuler, car tous les 3 ans il y a une rotation pour faire de la place à tous ceux qui veulent participer. Dans ce cas, ma participation a été prolongée en raison de la pandémie, mais mon poste durera jusqu’en novembre 2021. Je serai probablement encore impliqué dans un autre comité.

Ce que nous faisons, c’est développer tous les programmes éducatifs que l’IAAPA propose en Amérique latine. Nous discutons des sujets qui intéressent le secteur, nous trouvons des conférenciers, nous élaborons le programme de l’année, etc. Nous avons déjà élaboré le calendrier pour 2022. L’année dernière, en raison de la pandémie, nous avons dû modifier une grande partie de ce que nous avions prévu, nous nous sommes donc concentrés sur l’élaboration de protocoles, nous avons développé les questions de communication, nous nous sommes concentrés sur les techniques de retour des revenus post-covid, nous avons traité les réouvertures et toutes ces questions qui nous ont tenus très occupés. Cette année, nous élaborons également un manuel sur l’expérience des visiteurs, qui sera disponible pour tous les membres de l’IAAPA à partir de novembre 2021.

A.L. : Deux concepts issus de votre parcours ont retenu notre attention : le  » coach ontologique  » et la  » neuroscience pour les leaders « . Qu’est-ce que c’est ?

V.C. : C’est vrai, je suis un coach ontologique professionnel. C’est une profession qui gagne du terrain depuis quelques années. Dans mon cas, j’ai étudié cette profession pour avoir un outil supplémentaire dans mon travail. Elle m’a vraiment été très utile, non seulement dans mon rôle au sein de l’organisation, mais aussi dans ma vie. Je suis devenu si enthousiaste que je suis maintenant formateur de coachs chez Kairos Consulting. Le coaching ontologique fonctionne dans trois domaines : le corps, les émotions et les mots. C’est précisément par les mots, par les questions, que nous essayons de passer d’une situation actuelle à une situation souhaitée. Il existe différents types de coaching : coaching de vie, coaching exécutif, coaching organisationnel, coaching sportif… En fonction du sujet avec lequel nous travaillons, nous développons le processus spécifique.

Et puis je me suis spécialisée dans les neurosciences appliquées au leadership. Aujourd’hui, les neurosciences nous fournissent de nombreuses informations qui nous permettent de mieux élaborer des profils. Ainsi, votre façon de travailler et de communiquer déterminera la façon dont vous vous traitez ou vous gérez, ce qui affectera votre efficacité et vos relations avec les autres. Pour moi, les neurosciences sont un autre outil qui m’aide à aiguiser mes sens et à essayer d’améliorer ma communication avec mes collaborateurs et au sein de l’organisation à laquelle j’appartiens. Les neurosciences constituent tout un monde qui fournit de plus en plus d’outils à ceux d’entre nous qui dirigent des équipes. J’ai essayé d’être concise, car c’est un sujet très vaste.

A.L. : Vous êtes responsable du parc aquatique Aquopolis et du parc aérien Aeropolis depuis près de 25 ans : comment en êtes-vous arrivé à occuper ce poste ?

V.C. : Je suis le gérant d’Aquopolis depuis sa naissance, il y a 12 ans. En fait, cela fait 25 ans que je suis dans l’entreprise familiale dont je fais partie, qui, en plus des parcs, a d’autres activités. Je suis arrivé à ce poste grâce à ma formation et à mon rôle au sein de l’organisation. Aeropolis est un nouveau parc, dans lequel j’ai assumé les mêmes responsabilités qu’à Aquopolis.

A.L. : Quelles sont les principales caractéristiques d’Aquopolis ? Le concept de « parc aérien » n’est pas très courant dans le secteur, en quoi consiste-t-il ?

V.C. : L’une des caractéristiques d’Aquopolis en tant que parc aquatique est l’innovation dans les jeux et les processus. Nous travaillons constamment à nous améliorer afin de créer des expériences exceptionnelles. Une autre des caractéristiques de nos parcs sont les jardins et la verdure dont les visiteurs profitent dans chaque partie de l’installation. Il y a beaucoup de coins réfléchis, beaucoup d’espaces verts, beaucoup de fleurs, beaucoup de plantes et beaucoup d’arbres pour profiter de cette grande ombre si nécessaire en été. En bref, nous sommes une grande option de plein air, qui a été considérablement renforcée par la pandémie. C’est une valeur sur laquelle nous sommes très clairs. Une autre caractéristique qui nous distingue, et que nos visiteurs reconnaissent, est la propreté générale de l’ensemble du parc. Pour nous, c’est une grande valeur qui demande beaucoup d’efforts quotidiens.

En termes de concept, le parc aérien est un parc aménagé dans une pinède de 40 ans. Nous avons plus de 40 ponts, 4 circuits de tyrolienne, un mur d’escalade en chute libre, … C’est un nouveau parc que nous avons ouvert en décembre 2020, unique dans la ville, tout en plein air et avec les plus hautes normes de sécurité – tout l’équipement est français et suisse – et nous sommes très excités car il fonctionne très bien.

A.L. : A quel type de public ces parcs s’adressent-ils ?

V.C. : Nos visiteurs sont principalement des familles, mais nous avons également un afflux important de groupes de jeunes et d’écoles, non seulement de notre ville mais de toute la région. Notre parc est situé dans la ville de Mar del Plata, qui est la première destination touristique d’Argentine. La haute saison, en été, va de décembre à février. Les mois de novembre et décembre sont la saison des groupes et des écoles.

A.L. : Quelle est la relation entre les parcs et les hôtels et centres de villégiature de la région ?

V.C. : Il y a des vendeurs dans les hôtels de différents quartiers de la ville, dont les clients se voient offrir le transport et une réduction sur leur billet.

A.L. : Comment fonctionnent les parcs que vous gérez en termes de sécurité, d’entretien et de gestion ?

V.C. : La sécurité est la valeur numéro un pour nous, et tout est développé et géré en tenant compte de la sécurité. De la planification à l’exploitation, le travail de sécurité est un labeur quotidien qui se divise en étapes en tenant compte de l’ouverture du parc. Nous élaborons également un plan d’entretien préventif qui implique tous les secteurs et qui est divisé en plusieurs étapes. Nous travaillons toute l’année pour qu’à l’ouverture, tout soit dans des conditions de sécurité optimales, tant pour nos employés que pour les visiteurs.

A.L. : Quelle place accordez-vous à l’innovation et à la rénovation des attractions/services ? Quelle est votre politique d’investissement ou quelles améliorations comptez-vous apporter ?

V.C. : Comme je l’ai déjà dit, l’innovation et la rénovation sont l’une de nos caractéristiques. Pour nous, l’innovation fait partie de la planification annuelle. Lorsque nous parlons d’innovation, nous ne faisons pas seulement référence aux investissements dans les attractions, mais nous passons en revue tous les processus pour rechercher et améliorer l’expérience de nos visiteurs. Comme nous vivons en Argentine, où les droits d’entrée sont facturés en pesos et les investissements sont effectués en dollars, il est assez compliqué de calculer le retour sur investissement, mais malgré cela, nous continuons. Notre pays a traversé plusieurs crises économiques, ce qui, ajouté à la pandémie, rend le tout très complexe.

Mais nous sommes une entreprise consolidée qui regarde vers l’avenir. Nous avançons pas à pas, nous aimerions peut-être aller un peu plus vite, mais bon, ce sont des variables complexes ; ce qui est clair pour nous, c’est que nous avançons. Nous envisageons d’importer une nouvelle tour avec 4 nouvelles attractions, un type d’attraction que le parc ne possède pas pour le moment, nous sommes donc au milieu du processus de planification et d’évaluation.

A.L. : Quelle est votre stratégie de marketing et de publicité ?

V.C. : Notre stratégie marketing et publicitaire est élaborée en collaboration avec une agence créative et technique avec laquelle nous travaillons. Nous élaborons un calendrier annuel avec différentes communications et différents produits, en fonction de la période de l’année et du public cible. En conséquence, nous choisissons les médias et les canaux spécifiques.

L.A. : Comment voyez-vous l’avenir du secteur des parcs ?

V.C. : Il s’agit d’un secteur en pleine expansion, et faisons une digression sur la pandémie qui a touché le monde entier. Les expériences vécues dans les parcs impliquent de nombreuses émotions et sensations qui génèrent de nombreux souvenirs inoubliables en famille ou entre amis. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une industrie qui a beaucoup à apporter à l’amusement et aux loisirs des êtres humains, en particulier les parcs en plein air. Si l’on y ajoute les émotions, la technologie et l’innovation, c’est un secteur qui a beaucoup de perspectives de croissance. Nous ne cesserons jamais de ressentir des émotions ou de nous amuser, c’est ce qui nous caractérise en tant qu’êtres humains. L’industrie doit donc s’adapter à la croissance et aux exigences des nouvelles générations.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR