Pourquoi les grands groupes de communication parient très fort sur l’avenir des parcs à thème

Les grands groupes médiatique s’investissent de plus en plus dans les parcs à thème. Et le meilleur reste à venir!

Le mois dernier nous avons parlé de la prochaine inauguration du parc Disney à Shanghai, mais il s’agît que d’une fraction de l’investissement total de Disney dans ses parcs. De même que Disney, Universal Studios (qui appartient à Comcast), Paramount Pictures (qui appartient a Viacom), Sony et Lionsgate préparent aussi de nouveaux mégaprojets dans le même esprit. Disney et Universal contrôlent les 12 parcs à thème les plus fréquentés au monde et qui ont rapporté à ces entreprises des bénéfices en augmentation grâce à la forte croissance de visiteurs. En fait, les recettes provenant des parcs ont dépassés ceux obtenus à travers leurs chaines de télévision où studios de cinéma.

Les parcs à thème offrent une bonne plate-forme de cross-merchandising pour les produits et services. Ils sont des destinations de loisirs et de divertissement, de sorte que leur impulsion ou dynamique correspond à l’état général de l’économie. Les grands groupes médiatiques non seulement prennent part au boom du marché des parcs à thème, mais en plus ils montrent un intérêt croissant pour l’investissement en Asie et au Moyen-Orient; intérêt clairement incité par la croissance économique et la hausse de la classe moyenne dans ces régions. Le taux de croissance de visiteurs dans les parcs à thème en Asie est nettement plus élevé que nulle part ailleurs dans le monde, et s’il continue, elle pourrait éclipser le marché américain dans quelques années.
edge
À part le complexe de Disney à Shanghai, Universal prévoit d’ouvrir son propre parc à thème à Beijing avec un coût de 3 milliards de dollars. Comcast va acquérir Universal Studios Japan, et a confirmé l’acquisition de Dreamworks pour 3,8 milliards de dollars. Des sources proches du dossier de cette transaction assurent que l’intérêt de Comcast est davantage dû à la volonté d’augmenter l’affaire des parcs à thème et de soutenir la vente de produits de consommation, qu’à leurs célèbres IPs pour produire des films.

21st Century Fox fait un bon usage de leurs marques grâce à des attributions de licences à plusieurs parcs à thème. Fox n’est peut-être pas propriétaire de parcs, mais la seule présence de sa marque fait augmenter les ventes de produits liées à des films et émissions de télévision.
edge

(Vue du parc thématique de 20th Century Fox à Dubai.)

Les analystes assurent que les parcs basés sur des films et des émissions de télévision populaires ont eu de bien meilleurs résultats que d’autres projets, ce qui minimise encore plus les risques de grands groupes médiatiques en se lançant dans cette activité. Ils réduisent également les risques par l’octroi de licences pour utiliser leurs produits de propriété intellectuelle, tels que les personnages et les histoires, en échange d’une part des revenus, obtenant ainsi d’excellents résultats.