Published On: 28.06.2021|Categories: Nouvelles générales|Tags: , |

Il a commencé sa carrière en Malaisie en tant que moniteur de fitness et coordinateur d’activités récréatives dans divers centres de villégiature. Il est ensuite passé à Legoland Malaysia en tant que responsable des attractions et, après avoir occupé le poste de directeur général de parcs à thème et de parcs aquatiques au Qatar, entre autres destinations, il est devenu directeur général du parc aquatique Loopagoon à Dana Bay, en Arabie saoudite. Nous avons parlé avec le Directeur du seul parc pour femmes au monde.

Amusement Logic : Votre carrière a commencé au Desa Waterpark à Kuala Lumpur (Malaisie) alors que vous étudiiez la gestion des loisirs. Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ce métier et comment avez-vous obtenu ce premier emploi ?

Mohamed Firdaus Raj : Ma vie professionnelle a commencé après le lycée, en 1990, en tant qu’instructeur de fitness dans une station de Wellness Hill, quelque part dans le centre de la Malaisie. J’ai été promu coordinateur des loisirs et j’ai rapidement géré des départements similaires dans des hôtels et des clubs de la ville, dans tout Kuala Lumpur. J’ai eu l’occasion de lancer à partir de zéro un centre de santé et de fitness dans un hôtel 4 étoiles et ces expériences m’ont incité à poursuivre ma carrière dans la gestion des loisirs.

Fin 1997, j’ai eu la chance d’être embauché en tant que directeur des opérations pour le Desa Waterpark à Kuala Lumpur, un nouveau projet de parc à thème aquatique. Le plus intéressant, c’est qu’en tant que numéro 2, j’avais des responsabilités en matière de pré-ouverture et de fonctionnement. C’est un projet aussi important, de près de 30 millions de dollars à l’époque, qui m’a convaincu de me lancer dans cette nouvelle industrie des parcs à thème. J’ai pu apprendre beaucoup de choses et ma passion a grandi en même temps. Il s’agissait d’un projet extraordinaire qui a vu le jour une année où la Malaisie était en pleine crise financière, mais nous l’avons fait. Le parc a même été distingué par la World Waterpark Association en 1997/98 en tant que « réalisation spéciale d’une installation de loisirs aquatiques nouvelle ou rénovée ».

 

Tout en gérant ce parc aquatique, j’ai décidé de me faire accréditer et j’ai suivi le cours de gestion des loisirs organisé par une institution sportive en collaboration avec l’université de Malaya.

A.L. : Vous êtes ensuite passé par plusieurs stations avant de devenir directeur général des loisirs et des attractions du groupe Only World. Comment s’est faite cette évolution ?

M.F.R. : Ma progression de carrière vers le rôle de directeur général s’est faite grâce à l’opportunité que j’ai eue dans ce complexe à thème qui comprend un parc aquatique, un éco-parc, une île aux orangs-outans, des attractions couvertes, du merchandising, F&B (Food & Beverages), des salles de banquet, des loisirs et bien sûr des chambres.

J’ai commencé ma carrière au sein du ce resort en tant que directeur du parc aquatique, puis j’ai accédé à la direction générale en tant que directeur des parcs et des attractions, jusqu’à ce que je devienne directeur adjoint exécutif (EAM).

Cela a été rendu possible par les grands patrons et collègues avec lesquels j’ai eu l’honneur de travailler, comme M. Calvin Ho, le défunt M. Mohd Danial Arnold Esmond et M. Jasmy Othman. En tant qu’EAM, j’étais le second en charge de veiller à ce que l’ensemble du complexe soit dans un état de fonctionnement optimal. J’ai passé près de 9 ans au service de cette station impressionnante, ce qui m’a conduit à poursuivre ma croissance et ma carrière dans le secteur.

Durant cette période, j’ai été très actif au sein de l’Association Malaisienne des Parcs à Thème et des Attractions Familiales (MAATFA), qui a joué un rôle important dans la défense des propriétaires de parcs à thème et des parties prenantes locales. J’étais très actif et j’ai fini par devenir secrétaire honoraire de 2006 à 2012.

 

A.L. : Vous avez ensuite rejoint Legoland Malaysia, au poste de responsable des attractions. Comment êtes-vous arrivé dans ce parc à thème et quelles étaient vos fonctions ?

M.F.R. : L’opportunité de Legoland Malaysia m’est venue par l’intermédiaire d’un collègue du secteur qui m’a recommandé pour le poste de responsable des attractions, qui dépendait du directeur des opérations de Merlin Entertainment. Le poste impliquait également la pré-ouverture et les opérations du parc à thème et ma participation consistait à effectuer le recrutement, la préparation des procédures d’exploitation standard et la formation correspondante, les tests des attractions, la mise en service et l’ouverture progressive du parc au cours du troisième trimestre 2012.

J’ai eu l’occasion de mieux comprendre les opérations de propriété intellectuelle de Legoland dans un parc à thème lorsque j’ai été envoyé à Günzburg, en Allemagne. Le Legoland Malaysia est conçu de manière similaire à son parc près de Munich, et ses attractions, installations et services sont identiques. Là, ils m’ont expliqué le fonctionnement du parc et j’ai appris comment les manèges et les attractions sont contrôlés, avec la bonne main-d’œuvre et la mise en œuvre de procédures d’exploitation standard pour eux et leurs utilisateurs.

A.L. : Depuis, vous avez occupé le poste de directeur général du parc à thème Summer Lagoon, de l’Aqua Park Qatar et du Splash Out Langkawi. Que retirez-vous de ces expériences ?

M.F.R. : L’expérience que j’ai acquise dans tous ces parcs à thème et entreprises diffère évidemment en fonction du projet.

Avec Summer Lagoon, il s’agissait d’un nouveau parc qui partait de zéro, pour être mis en œuvre comme le premier parc aquatique de Malaisie orientale, au Sarawak. Mon rôle était d’aider le directeur général à mettre en œuvre tous les aspects du parc aquatique, tandis que son rôle était de négocier avec les investisseurs, de déterminer les investissements et de veiller à ce que les attractions soient adaptées à l’environnement du projet.

 

Aqua Park Qatar, situé à Doha, a été mon premier « big break », puisque je suis parti à l’étranger pour gérer un parc à thème aquatique. C’était comme un rêve devenu réalité et cela m’a poussé à travailler encore plus dur ; j’entrais dans un nouvel environnement, sur un nouveau marché et avec une nouvelle équipe diversifiée provenant de nombreux pays et cultures différents. Les propriétaires du projet me connaissaient déjà depuis 2008, ayant visité la Malaisie et vu certains des parcs aquatiques que j’avais exploités et gérés.

J’ai accepté le rôle de directeur général et me suis concentré sur la sécurité des visiteurs, l’entretien préventif, la gestion de la main-d’œuvre, un plan d’affaires rentable et la garantie de la stabilité financière du projet pendant son exploitation. Je me suis occupé de l’organisation pendant une période de 5 ans, jusqu’à ce que je décide de retourner en Malaisie, début 2018, où j’ai eu une nouvelle opportunité.

De retour en Malaisie, j’ai rejoint Splash Out Langkawi, qui était un nouveau projet pour la destination touristique du nord de l’île de Langkawi. Il s’agit de la première attraction de ce type sur l’île, dont l’objectif est d’élever le niveau et d’attirer davantage de touristes locaux et internationaux avec des manèges et des attractions aquatiques de classe mondiale. J’ai travaillé directement avec le président de l’entreprise et je l’ai accompagné, lui et son équipe, lors de l’ouverture du parc le 15 décembre 2019. Le projet était un énorme défi, mais il était incroyable de l’ouvrir et de voir l’impact qu’il a automatiquement eu sur le boom touristique de l’île.

A.L. : Vous êtes finalement arrivé à votre poste actuel de directeur général à partir de la phase de pré-ouverture du Loopagoon Waterpark en Arabie Saoudite. Comment s’est déroulé ce processus ?

M.F.R. : Le représentant du propriétaire m’a contacté et nous avons organisé un voyage officiel en Arabie Saoudite pour m’expliquer le projet. Quelque temps avant Noël 2019, j’ai visité le site, l’organisation et rencontré les membres de l’équipe senior et le PDG. J’étais certainement surpris qu’ils se soient lancés dans un parc aquatique ciblant spécifiquement le marché féminin et que la conception, le contenu, la thématisation et la formule commerciale d’Amusement Logic aient rendu ça possible.

La visite m’a permis de comprendre cet objectif et les exigences du PDG et j’ai été ravi de constater qu’il s’agissait d’un professionnel saoudien qui attendait sans doute un PDG expérimenté et professionnel pour diriger et gérer le premier parc à thème aquatique exclusivement féminin au monde.

Tout le processus a été un succès et l’offre m’a été remise avant même que je ne quitte l’Arabie saoudite. À mon retour en Malaisie, j’ai pris la décision de m’y installer et en février 2020, j’ai remis le projet ci-dessus à mon président. Je suis retourné en Arabie saoudite et j’ai commencé mon nouveau rôle au début du mois de mars 2020.

A.L. : Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confrontés dans la gestion de Loopagoon ? Comment avez-vous résolu le problème de trouver du personnel féminin pour le gérer ?

M.F.R. : Il y a toujours des défis et des situations dans tout projet de parc à thème, mais le véritable défi a été la pandémie de Covid-19. Cela nous a tous retardés, mais les exigences de pré-ouverture sont restées en place. À ce moment-là, 50 % de l’équipe était à bord, il était donc préférable de se concentrer sur une formation intensive, notamment pour préparer l’équipe d’opérateurs aquatiques à devenir des sauveteurs et des instructeurs certifiés par Ellis Associates.

Nous avons fait appel à des talents de plusieurs pays et à quelques professionnels seniors des parcs aquatiques de notre voisin Abu Dhabi (EAU). Nous avons dû faire venir certains membres de l’équipe du continent africain en raison de la fermeture des frontières et des restrictions d’entrée en Arabie saoudite dues à la pandémie. Finalement, j’ai pu résoudre ce problème en travaillant avec des agents locaux qui avaient déjà des employés dans le pays et des entretiens ont été menés pour trouver ceux qui avaient des compétences de base en natation. Grâce à cette méthode, nous avons pu recruter le personnel adéquat, le former sur place et le préparer à son rôle respectif. Nous avons eu beaucoup de succès.

Bien sûr, pour certains emplois et postes critiques, l’objectif de l’entreprise était de s’assurer que nous embauchions des femmes saoudiennes, que nous leur donnions la meilleure formation du secteur et que nous les préparions à une opération aussi unique. C’était une chose incroyable pour moi de faire partie de ce dispositif et de transmettre mes expériences à tous ces gens. Je suis très fier de pouvoir soutenir une initiative aussi importante et de préparer de nouveaux leaders locaux dans ce secteur des parcs à thème.

A.L. : Quelle a été la réaction du public féminin au cours des premiers mois d’ouverture du parc ?

M.F.R. : Les chiffres de Covid-19 se sont rapidement améliorés en Arabie Saoudite et notre ouverture progressive est tombée à point nommé. Nous avons ouvert au public le 3 septembre 2020 avec les directives et les restrictions en place. Notre afflux quotidien était fixé à 600 visiteurs et toutes les réservations de billets étaient acceptées uniquement en ligne, ce qui m’a permis de gérer la capacité du parc sur une base horaire.

Avec une perspective positive dans le cadre du modèle de dépenses du marché national, nous avons eu une excellente saison. Je peux confirmer que nous avons atteint près de 20 000 visiteurs après seulement trois mois et demi de fonctionnement. L’ouverture a été un succès compte tenu de la situation de pandémie et du fait que de nombreux autres parcs dans le monde n’étaient pas sûrs d’ouvrir en raison de leurs propres défis, directives et restrictions dus à Covid-19. Le parc a fermé pour l’hiver à la mi-décembre 2020.

A.L. : Quelles sont les caractéristiques et les attractions les plus appréciées du parc ?

M.F.R. : Selon mon opinion professionnelle, en l’occurrence, la combinaison des manèges et des attractions a donné la bonne valeur au parc. De plus, la décision d’Amusement Logic et du propriétaire d’investir avec les bons fournisseurs d’équipements, d’attractions et de manèges aquatiques a été déterminante.

Le concept global de thématisation du parc, avec les finitions, les boiseries, etc., offre un style qui convient aux goûts des dames et que je qualifie personnellement du mot « beau », ce que je vis au quotidien avec la direction du parc.

A.L. : Quelle est la stratégie marketing et publicitaire de Loopagoon ?

M.F.R. : Dès le début de l’ouverture du parc, nos principales stratégies se sont concentrées sur les réseaux sociaux, les campagnes médiatiques, les campagnes SMS et les influenceurs visitant le parc. Ces stratégies ont été adoptées et utilisées en gardant à l’esprit le type de marché que nous visions : les femmes. Les médias sociaux sont la meilleure plateforme et sont extrêmement efficaces pour développer des engagements importants entre les invitées qui ont déjà visité le parc et les nouvelles invitées désireuses d’en savoir plus.

Nous poursuivons une stratégie similaire en 2021, avec l’ajout de stands de sensibilisation installés aux bons endroits pour maintenir l’impact que nous avons créé.

A.L. : Comment voyez-vous l’avenir du secteur des parcs aquatiques et à thème ?

 

M.F.R. : En Arabie Saoudite, je suis impatient de voir l’industrie se développer et exploser dans les années à venir, car nous savons tous qu’elle veut devenir la nouvelle destination touristique mondiale, avec de nombreux nouveaux projets dans le pipeline liés aux parcs à thème – intérieurs et extérieurs – avec des marques de classe mondiale, une propriété intellectuelle et des concepts d’attraction uniques. À mon avis, le secteur des parcs à thème sera un catalyseur pour soutenir et stimuler le tourisme local et international en Arabie saoudite. Je suis d’avis que l’Arabie saoudite peut devenir le pays le plus visité, en termes de tourisme, et dépasser les acteurs mondiaux traditionnels.

 

Globalement, je suis persuadé que notre industrie des parcs à thème va poursuivre sa tendance à la hausse et continuer à offrir du plaisir, de l’excitation, des expériences et la durabilité des produits. Pour qu’elle continue à se développer et à réussir à l’avenir, je pense que la question clé sera de savoir comment surmonter les défis qui peuvent continuer à se présenter et, grâce à la conception et à la planification, comment nous pouvons surmonter ces situations et continuer à gérer et à opérer efficacement afin que l’industrie ne s’arrête pas pour une raison ou une situation quelconque. Si cela est possible, nous assisterons certainement à une croissance diversifiée de l’industrie.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR