Published On: 23.01.2023|Categories: Nouvelles générales|

L’eau est un élément fondamental avec lequel nous travaillons quotidiennement chez Amusement Logic, c’est pourquoi nous sommes toujours à l’affût des nouvelles, des curiosités et des découvertes qui sont faites dans tous ses aspects. Nous vous présentons aujourd’hui les résultats d’une étude sur ce que l’on appelle la « machine à eau du Bengale », récemment publiée dans la revue Science de l’American Association for the Advancement of Science. Les auteurs de cette recherche sont Mohammad Shamsudduha, Richard G. Taylor et Md Izazul Haq de l’University College of London (UCL) ; Sara Nowreen de l’Université d’ingénierie et de technologie du Bangladesh ; Anwar Zahid du Bangladesh Water Development Board ; et Kazi Matin Uddin Ahmed de l’Université de Dhaka, au Bangladesh.

L’article publié dans Science rassemble les résultats de l’analyse d’un million d’observations du niveau des eaux souterraines dans 465 puits du Bangladesh, recueillies chaque semaine pendant 30 ans, entre 1988 et 2018. Comme le résume l’UCL, ces recherches approfondies concluent que le pompage collectif des eaux souterraines par quelque 16 millions de petits riziculteurs du Bangladesh « a créé de vastes réservoirs souterrains naturels qui rivalisent avec les plus grands barrages du monde ». Dans le même temps, ces grands réservoirs permettent « l’irrigation qui a transformé un pays autrefois sujet à la famine en une nation à l’alimentation sûre ». Plus précisément, l’étude estime que les pluies de mousson ont déposé entre 75 et 90 km3 d’eau sous terre au Bangladesh au cours des 40 dernières années, soit deux fois la capacité du réservoir des Trois Gorges de la Chine.

Mais quel est le processus qui a transformé une grande partie des plaines inondables de monoculture du Bangladesh en terres hautement productives, voire en triple culture, et qui a fait du pays le quatrième producteur de riz au monde ? Tout d’abord, pour comprendre comment cela s’est produit, il faut remonter au début des années 1990, entre 1992 et 1994, lorsque de terribles sécheresses ont frappé le Bangladesh. En conséquence, un nombre rapidement croissant de riziculteurs se sont tournés vers les eaux souterraines pour irriguer leurs champs et c’est ainsi qu’est née la « machine à eau ». Les années suivantes, l’extraction des eaux souterraines pendant la saison sèche, la période interannuelle entre novembre et avril, a fait baisser la nappe phréatique. Ainsi, lorsque les fortes pluies de la saison de la mousson arrivent entre mai et octobre (lorsque 90% des précipitations du pays se produisent), l’eau trouve une couche de sol plus large et plus profonde prête à l’absorber. Cela a permis de réduire les inondations, d’une part, et, d’autre part, la même eau a été retenue dans la strate de sol non saturée et, au lieu de s’écouler dans la baie du Bengale, a coulé vers le bas pour recharger les aquifères.

Comme l’explique Mohammad Shamsudduha, de l’UCL, « la machine à eau du Bengale est une solution basée sur la nature qui nécessite une intervention comparativement minimale – c’est-à-dire des puits d’irrigation peu profonds, à moins de 100 mètres sous le niveau du sol – par rapport aux barrages« . Toutefois, ce système a ses limites. Ainsi, selon le même géologue, le taux de recharge a augmenté dans 153 des 465 puits (35%) dans lesquels ils ont effectué des forages, tandis que dans le reste « le pourcentage de changement était différent ». « J’ai même été horrifié », a déclaré le scientifique, « de voir certaines des données provenant des forages, car le stockage de l’eau dans ces endroits est presque nul ». Ces données soulignent que la géologie à faible perméabilité de surface peut être restrictive pour la recharge induite des aquifères.

Selon l’étude, « les plaines d’inondation des régions tropicales saisonnièrement humides couvrent une superficie de près de 4 millions de km2″ de la planète. Dans beaucoup de ces régions, si la géologie le permet, l’irrigation durable représentée par la machine à eau de Bengale pourrait être reproduite. Cela permettrait d’accroître la sécurité alimentaire et de réduire le risque d’inondation.

Pour ceux d’entre vous qui parlent le bengali (et pour ceux qui ne le parlent pas, les images sont suffisamment intéressantes), nous vous encourageons à en savoir plus sur la chaîne bangladaise Channel 24, avec ce court documentaire:

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR